Publié le 17/07/2020

L'aidant familial est une personne qui vient en aide à un proche en situation de perte d’autonomie, de maladie ou de handicap. Elle l’accompagne régulièrement au quotidien pour l’aider dans les tâches qu’elle n’est plus en capacité de réaliser seule (repas, hygiène, sorties, ménage, soins etc…).

Burn Out des aidants familiaux : Comment l’éviter ?

Le rôle de l’aidant familial

L'aidant familial est une personne qui vient en aide à un proche en situation de perte d’autonomie, de maladie ou de handicap. Elle l’accompagne régulièrement au quotidien pour l’aider dans les tâches qu’elle n’est plus en capacité de réaliser seule (repas, hygiène, sorties, ménage, soins etc…). Ce rôle d’aidant familial au quotidien est essentiel pour accompagner les personnes dépendantes et leur assurer une autonomie à domicile. Cependant, bien qu’il soit souvent volontaire, le rôle d’aidant demande beaucoup d’énergie et un engagement de taille tant humainement que financièrement. Accompagner une personne dépendante au quotidien requiert d’importantes dépenses financières liées à la perte d’autonomie du proche mais impacte également l’aidant sur sa santé mentale et physique. En raison d’un investissement de soi considérable, l’aidant familial est alors sujet à un épuisement moral et physique qui mène bien souvent à un burn out lourd de conséquences.

 

Qu’est-ce que le burn-out ?

Le burn out est un état d’épuisement qui peut être mental, physique et émotionnel survenant chez les personnes dont le rapport au travail devient source de stress et de déséquilibre. Chez les aidants familiaux, le burn out est aujourd’hui très fréquent en raison de responsabilités familiales qui intensifient le stress chronique au quotidien et perturbent l’équilibre mental de la personne avec un surmenage important. Le burn out survient parfois même sans que la personne n’en prenne conscience, dépassée par cet état maladif.

 

Quels sont les signes d’un burn out chez les aidants familiaux ?

Dans son quotidien, l’aidant familial consacre son temps de repos à aider un proche qui nécessite un accompagnement dans des tâches qu’il ne peut réaliser seul. Il travaille la journée et s’occupe de son proche au quotidien en ne s’accordant que très peu de repos.

Avec ce rythme effréné et la charge que cela suppose, l’aidant familial peut rapidement montrer des signes avant coureurs de burn out. Très fréquemment, ces signes sont liés à une grande fatigue, des troubles de la mémoire et un moral très affecté. Les symptômes de burn out les plus fréquents sont les suivants :

 

  • Épuisement mental et physique qui limite les capacités de la personne : la fatigue se ressent toute la journée avec des troubles du sommeil.
  • Relation à l’autre compliquée : une hausse de l’agressivité et des difficultés à communiquer calmement, baisse de l’empathie, manque de patience
  • Perte de mémoire : difficulté à se concentrer et à se souvenir d’événements passés
  • Mal être profond : baisse du moral, humeurs changeantes, tendance dépressive
  • Inquiétude croissante : envers son rôle d’aidant, envers la santé de son proche
  • Développement d’addiction : cigarette, alcool, nourriture etc.

 

Quelles sont les conséquences d’un burn out  ?

Conséquences d’un burn out sur l’aidant familial

La personne sujette au burn out est alors dans une perte totale de contrôle sur son comportement et sur ses émotions. Elle peut être prise de crises de colère ou de pleurs et de comportements agressifs dans le pire des cas. Même si l’aidant est de nature calme et positive, il aura tendance à avoir une vision de la vie négative. Ses émotions prennent alors le contrôle sur son corps et son mental avec une grande fatigue, des migraines, des douleurs musculaires entres autres. Socialement, la personne aura tendance à s’isoler progressivement du reste du monde et de ses proches. Dépassée, elle se replie sur elle-même, parfois même inconsciemment. 

Par ailleurs, les conséquences d’un burn out sur l’aidant peuvent parfois être bien plus graves. Un burn out peut engendrer de nombreuses pathologies comme l’hypertension, le diabète, la démence ou même d’autres maladies cardiaques.

 

Conséquences d’un burn out sur la personne aidée

 

Un burn out est un phénomène lourd de conséquences sur l’aidant mais également sur la personne aidée. Avec une humeur changeante, des crises de colère ponctuelles et des tendances dépressives, l’aidant familial est alors un danger pour la personne aidée et sa santé. Le rôle d’aidant familial suppose une empathie constante, une écoute au quotidien et un comportement attentionné. Or, en cas de burn out, l’aidant devient de plus en plus fermé fragilisant le lien construit entre les deux personnes.

Le burn out est d’autant plus problématique pour les aidants qui s’occupent de personnes atteintes de Parkinson ou même d’Alzheimer qui ne peuvent comprendre cet état de burn out. La maladie d’Alzheimer demande une présence importante avec beaucoup de patience. La prise en charge de ces personnes nécessite aussi une bonne mémoire et une bonne organisation. En somme, si la personne est atteinte de burn out elle risque d’entacher l’équilibre de vie de la personne aidée. C’est la qualité de prise en charge qui est alors compromise. Avec un état de fatigue intense, l’aidant ne sera pas en mesure de fournir les soins nécessaires à son proche et pourrait même compromettre sa propre santé.

 

Vivre avec quelqu’un en burn out

 

Une nouvelle fois, le burn out est bien plus qu’un problème personnel puisqu’il touche aussi les proches de l’aidant. Une fois rentré à son domicile, l’aidant se retrouve seul ou bien avec son compagnon et lui aussi se retrouve impacté par ce phénomène. La relation avec le conjoint peut changer, affectée par l’état maladif de l’aidant. Présent à chaque seconde du quotidien, le burn out ne prend pas de pause est devient un poids chaque jour pour les deux personnes qui partagent leur vie. Aider son conjoint en burn out n’est pas chose facile. Partagé entre l’incompréhension et l’agacement, il est rarement aisé de soutenir un proche en situation de burn out. Parfois même, le conjoint ne prend pas conscience du mal être de son partenaire et cela peut mener à des divorces ou des tensions au sein du couple. Les enfants peuvent eux aussi être touchés par l’irritabilité de leur parent, leur fatigue grandissante et le manque de considération.

Le burn out n’est donc pas un problème isolé qui touche uniquement la personne concernée puisqu’il affecte toutes les relations familiales. Mais surtout, un état de burn out bien qu’il soit perceptible par des signes avant coureurs peut apparaître du jour au lendemain et bouleverser l’équilibre de tous. Il est donc important de porter une grande attention aux symptômes de l’aidant et de l’accompagner elle aussi.

 

Aidant familial : Conseils pour éviter le burn out

 

Accepter d’aider un proche dépendant est une décision qui doit être réfléchie avec une prise en compte des aspects positifs comme négatifs. Il faut être conscient de ses propres capacités à assumer un tel rôle et surtout se renseigner sur les risques possibles. Nous vous proposons quelques conseils pour appréhender cette responsabilité du mieux possible et éviter un burn out.

 

Se fixer des limites au travail

Apporter son aide à une personne dépendante demande un investissement de soi important et pousse parfois l’aidant à s’oublier, noyé par la charge de travail et l’inquiétude associée à la santé de son proche. Dans le soucis de prendre soin de l’autre, l’aidant familial en oublie son propre bien-être et sa santé. La santé de la personne dépendante prend trop souvent le dessus sur celle de l’aidant. 

De plus, le rythme effréné que cette aide suppose laisse peu de place à des temps de repos et à des moments pour soi. Mais, il en va du bien-être de l’aidant de prendre ce temps. Il est important de fixer des limites.

 

Déléguer et demander de l’aide

 

Pour aider l’autre, il est essentiel de prêter attention à ses propres besoins et de prendre le temps de pratiquer des activités loisirs, bien-être et bien d’autres. Pour cela, la délégation est primordiale. L’aidant doit déléguer des tâches pour se libérer du temps et ne pas se retrouver submergé par sa vie professionnelle et ce rôle d’aidant familial qui occupe le reste de son temps. Il existe aujourd’hui des alternatives qui aident les aidants familiaux à s’occuper de personnes dépendantes. Il n’y a aucune honte à déléguer et demander de l’aide pour soulager le poids que représente la prise en charge d’un proche. Posez-vous les bonnes questions quant à vos besoins et les limites qu’il vous faut définir.

Des structures, associations et professionnels de la santé permettent aujourd’hui de déléguer la prise en charge des personnes au quotidien ou juste sur une courte période. Cela vous permet de vous reposer quelques heures, quelques jours, partir en vacances et profiter de votre famille en toute quiétude. Il est notamment conseillé de se renseigner sur les aides financières qui existent ainsi que vos droits en tant qu’aidant et sur les congés qui vont sont alloués.

Connaître ses limites permet de ne pas plonger dans cette spirale qu’est le burn out. Planifiez votre quotidien et organisez-vous en conséquence pour aider votre proche de la meilleure manière possible en prenant soin de vous.

 

Se faire aider pour soigner d’un burn out

Accorder son aide à un proche qui en a besoin peut être un poids lourd à porter. Il n’est pas toujours facile de se faire comprendre ou de trouver quelqu’un à qui se confier. 

Si vous ne souhaitez pas partager vos états d’âme avec les membres de votre famille vous pouvez tout à fait en parler à votre médecin traitant ou un professionnel de la santé tel qu’un psychologue. Votre médecin traitant pourra vous prescrire un arrêt de travail pour vous accorder du temps de repos ou bien vous conseiller sur les services d’un psychologue ou de structures spécialisées.

Si le besoin s’en fait ressentir, vous pourrez vous faire prescrire un traitement pour vous aider dans cette période compliquée. Au quotidien, des assistantes sociales et associations (Association Française des Aidants, UNAF, Maison des Aidants) sont également à l’écoute pour trouver une solution à cette phase de burn out considérée comme une maladie qui touche de plus en plus d’aidants familiaux. Pour les aidants en charge d’une personne atteinte de Parkinson, Alzheimer ou toute autre maladie dégénérative, des groupes de soutien vous permettent d’exprimer vos ressentis avec des personnes qui partagent votre situation. 

Le premier pas pour éviter ou sortir d’un burn out est d’accepter de se faire aider sans culpabiliser. Avoir recours à une aide extérieure est parfois nécessaire pour le bien de tous. Les aides à domicile vous offrent ce soutien pour alléger votre quotidien et accompagner votre proche du mieux possible.

Qu’avez-vous pensé de ce post ? Notez-nous !

Pas encore de vote.