Publié le 01/10/2020

Le monde célèbre pour la trentième année consécutive la Journée internationale des personnes âgées, ce 1er octobre 2020. Un événement consacré à nos aînés, qui permet de rouvrir les débats sur leur intégration et leur considération au sein de la société. Cette année plus que jamais, une attention toute particulière est portée aux seniors à l'occasion de cette journée, suite aux conséquences dramatiques de l'épidémie de coronavirus sur les générations les plus âgées.

photo

Qu'est ce que la journée des personnes âgées?

La Journée internationale des personnes âgées a été créée en 1990 par l'Organisation Internationale des Nations Unies afin de sensibiliser le grand public, tous âges confondus, aux questions liées au vieillissement et à la place des personnes âgées dans notre société. Cette mobilisation s'appuie sur un constat  : la population mondiale âgée de plus de 60 ans devrait passer du simple au double d'ici 2050 selon les experts. D'où la nécessité de préparer les hommes comme les structures gouvernementales à accompagner dans les meilleures conditions ce flux de personnes vieillissantes. Une préoccupation d'autant plus importante lorsque l'on constate qu'environ 900.000 personnes âgées souffriraient d'isolement selon la dernière étude de l'association les Petits Frères des Pauvres. Découvrez les grandes lignes de cet événement :

 

Lutter contre l'âgisme

Le terme "âgisme" définit l'ensemble des comportements discriminatoires adressés aux personnes âgées, les préjugés ou le mépris à l'égard des seniors. Les personnes du troisième âge sont très facilement jugées inaptes et mises de côté par les pratiques institutionnelles comme par les personnes. Si les autres formes de discrimination sont fortement dénoncées et punies dans notre société, à l'image du racisme ou de la xénophobie, l'âgisme en revanche est la seule discrimination qui n'est pas clairement punie par la législation française. Il s'agit pourtant de la forme de mépris et de rejet la plus courante, entretenue par des préjugés sur les capacités des seniors à suivre des conversations, à utiliser les nouvelles technologies ou encore à faire du sport.

L'objectif de la Journée internationale pour les personnes âgées est de donner davantage de visibilité à ce problème, et de sensibiliser les populations comme les organismes publics pour œuvrer à la construction d'une société plus inclusive pour nos aînés.

Cette année, le slogan "#OldLivesMatter" (inspiré du slogan de lutte antiracisme apparu cette année) a été lancé à l'occasion de la journée des personnes âgées par la Société Française de Gériatrie et Gérontologie (SFGG), "pour lutter contre le racisme anti-âge et sensibiliser les citoyens, les médias et les institutions au respect des aînés".

 

2020 : Repenser le vieillissement post Covid

La Journée internationale dédiée aux personnes âgées revêt une importance spéciale dans cette année 2020 placée sous le signe de la pandémie. L'urgence sanitaire du coronavirus a mis en évidence la souffrance, la vulnérabilité et l'isolement dont ont été victimes nos aînés, perçant à jour les failles de notre système sanitaire et de notre société pour protéger les plus anciens en temps de crise.

Cette année, le 1 er octobre sera le moment de marquer une pause pour prendre soin de nos personnes âgées et réfléchir à leur situation. L'ONU consacre l'édition 2020 de la Journée des personnes âgées à repenser le vieillissement après la pandémie. L'objectif est d'inciter à la création de politiques et de programmes pour sensibiliser la société civile, mais aussi de développer des stratégies mondiales communes  pour réduire les disparités en termes de santé entre les personnes âgées dans les pays développés et ceux en développement.

 

Mobilisation contre l'isolement

L'état d'alerte et le confinement ont révélé la grande solitude dont sont victimes certains seniors, mais ont aussi révélé l'existence de ces seniors à des voisins par exemple, qui ont fait preuve de solidarité à leur égard. Le 1er octobre 2020 est l'occasion de se mobiliser pour continuer à lutter contre la solitude des personnes âgées, et créer ainsi des solidarités intergénérationnelles.

Il convient de rappeler que les personnes du troisième âge ont été les premières victimes directes et indirectes de l'épidémie de coronavirus. Première population à risques, les seniors ont été la cible principale du virus. Selon les données de Santé Publique France,  92% des cas de décès liés au coronavirus étaient âgés de 65 ans ou plus, et l'âge médian des décès est de 84 ans. Mais les seniors ont également souffert de l'autre terrible conséquence de l'épidémie : l'isolement. Les restrictions sanitaires imposées par les autorités et le risque de contagion ont obligé les personnes âgées à s'isoler chez elles. Avec la fermeture de tous les centres d'activités ou de soin, et la distance ou l'absence de famille pour certains, bon nombre de nos anciens se sont brutalement retrouvés désemparés, dans une situation d'abandon total.

 

La semaine bleue

Qu'est ce que la semaine bleue?

Comme une  journée est bien trop courte pour rendre hommage à nos seniors qui nous ont tant apporté, une semaine entière de solidarités et d'activités est organisée début octobre. Cette année "la semaine bleue" se tiendra du 5 au 11 octobre 2020. Cette initiative française créée dès 1951 sous le nom de "la Semaine des Vieillards" invite le grand public à prendre conscience du rôle et de la contribution des personnes âgées dans la société, et des difficultés auxquelles elles doivent faire face.

Aujourd'hui, la Semaine Bleue met en lumière les personnes âgées et les professionnels des secteurs du social et de la santé qui les entourent au quotidien. Les comités départementaux organisent des actions pour faire participer le grand public et créer des synergies entre les différents groupes d'âge. Sous le slogan "c'est 365 jours pour agir et 7 jours pour le dire",  des activités (sorties, concerts, spectacles, ateliers…) sont proposées sur tout le territoire national à l'occasion de la semaine bleue, sous le parrainage du ministère des Affaires sociales et de la Santé.

 

Thème : Vivre chez soi

À chaque édition un thème spécifique est attribué à la Semaine bleue afin d'orienter les débats et les activités, en fonction du contexte actuel. Cette année, la Semaine bleue se penche sur le Vivre chez soi après la pandémie du covid-19. La crise nous a en effet démontré les limites de notre système sanitaire et des réseaux de prise en charge et d'hébergement pour personnes âgées ou dépendantes. Le maintien à domicile des aînés dans les meilleures conditions s'impose aujourd'hui comme la solution la plus sûre et la plus rassurante pour prendre soin de nos parents.

À l'heure des pandémies et de la transition démographique, avec une population vieillissante de plus en plus importante dans les prochaines décennies, il est important d'anticiper les solutions nécessaires au "vieillir bien". Sous la thématique "Ensemble, bien dans son âge, bien dans son territoire – un enjeu pour l’après COVID", les participants à la Semaine bleue se pencheront donc sur toutes les interrogations liées au vieillissement à domicile : les précautions, les connaissances, les équipements et aménagements à mettre en place au domicile, mais aussi les structures et les protocoles publics à développer.

 

Les actions et la Marche bleue

L'événement est l’occasion pour les acteurs qui travaillent en contact avec nos aînés d’organiser tout au long de la semaine des animations afin de créer des liens entre les générations. Le grand public est invité à participer aux différentes manifestations, et à s'informer sur le rôle que jouent les anciens dans notre société. Un concours couronne chaque année la meilleure initiative. Des "marches bleues" sont également prévues avec les organismes sportifs et associatifs locaux : il s'agit de marches plus ou moins sportives adaptées aux seniors, organisées en milieu montagneux ou en milieu urbain, afin de démontrer la force et l'importance des anciens dans notre vie.

Retrouvez toutes les activités et les marches proposées cette année à l'occasion de la semaine bleue sur la page internet dédiée à l'événement.

 

Qu’avez-vous pensé de ce post ? Notez-nous !

8 votes avec une note moyenne de 2.9.